@-motoblog | [Tuto] Réparation-renforcement d’un poly
// vous lisez...

Tutos

[Tuto] Réparation-renforcement d’un poly

J’ai acheté le gex, full piste et donc équipé d’un poly.
Ce poly a déjà subi une chute. Même si les dégâts restent assez superficiels, j’ai décidé de réparer, mais surtout de renforcer le sabot. En effet il est abîmé du côté où le carter moteur n’est pas apparent. Le but du jeu est donc d’améliorer la protection de ce côté (même si ça ne remplacera pas un vrai pare-carter en carbone-kelvar).

  • Tout d’abord, quelques précisions.

La composition d’un carénage en polyester est complètement différente de celle du carénage d’origine, qui lui est constitué d’ABS (thermoplastique). Leur réparation est donc différente (celle du plastique fera peut être l’objet de prochains billets. EDIT : billet posté ici).
Le « poly » est en fait une superposition de plusieurs matériaux (stratification) : gel-coat, résine et fibre de verre (voire du carbone/kevlar pour renforcer les endroits fragiles).
Il existe différents type de tissus de fibre : le mat (qui est un agglomérat) et le roving (qui est tissé). Le mat permet de gagner en épaisseur et le roving d’apporter de la résistance. De même il existe plusieurs types de résine. On trouve principalement dans les kits de réparation de la résine polyester. Il existe également de la résine epoxy, qui apporte une meilleure rigidité mais qui est aussi assez toxique (et plus cher). Là je citerais Sanson de MS :

Ces deux résines ont leurs avantages et inconvénients.

La résine polyester est bon marché, adaptée pour des tissus « verre » de qualité moyenne ensilé.
L’époxy, elle est nettement plus performante et plus cher.
On peut adapté le temps de polymérisation facilement, elle est plus souple (au début), mouille bien, adhère très bien (mieux que la polyester).
Elle est adaptée à tous les tissus (ensilé ou non) et tout particulièrement aux « au Module de résistance » (Carbone, Kevlar, verre « HR »)
(…)

En ce qui concerne la température, je n’ai jamais entendu parler de problème de température : l’époxy résiste très bien aux températures usuelles, et au-delà, il existe des résine plus insensible à celle-ci.

Il est exact que lors de la polymérisation de l’époxy des vapeurs très toxiques soient dégagées : TRAVAILLER DANS UN LOCAL FORTEMENT VENTILE

  • Le poly à réparer

Voici quelques photos.


Comme on peut le voir, c’est assez léger comme dégâts, les trous sont assez petits et il y a quelques fissures.
Mais bon la prochaine chute (enfin j’ai pas envie de tester) serait fatale au sabot et par conséquent aux carters moteur.

  • Le matos :

- de la fibre carbone/kevlar, achetée sur ebay
- de la résine epoxy (kit de réparation solocar… à l’origine j’en avais trouvé sur ebay super pas cher… mais plus de 40 j sans rien recevoir, j’ai donc dû opter pour la solution onéreuse vu que je suis pressée par le temps)
- des pinceaux 1er prix vu qu’ils vont finir direct à la poubelle
- de l’acétone
- du papier de verre de grains différents
- protection : des gants et un masque

  • Etape 1 : le nettoyage et le dégraissage

Il faut travailler sur du matériel propre, donc le préalable à la réparation est un nettoyage des pièces. J’ai d’abord lavé le sabot qui était bien sale au liquide vaisselle lol. Après l’avoir séché, j’ai fini de le dégraisser à l’aide d’acétone et j’ai attendu que ça sèche.

  • Etape 2 : le ponçage

Rien de compliquer, faut frotter. Pour ma part, j’ai poncé à la main avec du papier à grains gros et moyens. Voici les photos du résultat intermédiaire, j’ai oublié de prendre d’autres photos après, car j’ai poncé un peu plus que ça :


  • Etape 3 : la pose de la fibre

J’ai découpé des carrés de fibre C/K de 25 cm de large. Après avoir mélangé les 2 composants de la résine epoxy, j’en ai appliqué une bonne quantité sur le poly puis sur ma feuille que j’ai apposé ensuite.
La résine epoxy a un bon pouvoir mouillant et la fibre s’applique sans problème en épousant bien la forme du poly. Dans ce cas précis, j’ai collé 3 feuilles de C/K. Je ne sais pas si c’est suffisant ou pas (j’aurais peut être dû en mettre 4…). Il me semble qu’ils n’en mettent pas plus dans les protections.


à la pose… on note quelques coulures

J’ai ensuite laissé durcir 24h, comme indiqué sur la fiche de la résine.



le lendemain

  • Etape 4 : Bouchage des trous

Le kit que j’ai acheté était composé des 2 composants de la résine, mais également d’un peu fibre tissée, de papier à poncer, ainsi que des micro-billes qui permettent d’obtenir un mastic après les avoir mélangées à la résine.
J’ai donc pu boucher les petits trous avec, puis ponçage de nouveau.

J’avais un peu peur de ce mastic… mais au final il a bien bouché et est facilement ponçable (par contre il faut bien attendre au moins 24h, car j’ai poncé un peu avant et c’était encore un peu collant).

J’en ai également profité pour découper la fibre qui dépassait à la Dremel… je confirme que c’est pas facile à découper. Par contre 24h ce n’est pas suffisant pour que la résine ait complètement durci. Au toucher c’était encore un peu collant. A 48h, la résine est bien dure.

Voila le sabot est réparé et renforcé. La dernière étape reste donc la peinture. Etant donné que je suis prise par le temps, je vais un peu faire ça à la barbare (je pars dans 2 jours à Alès lol). Ça servira juste de camouflage (histoire de pas rouler avec une moto trop moche… hein Benoit), car je ne vais pas repeindre tout le sabot (je ferais ça plus tard). Je passe donc sur cette étape, surtout qu’il y a l’excellent tuto de Zed sur LM.

Partager, envoyer ou imprimer
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Twitter
  • Netvibes
  • Google Bookmarks
  • Reddit
  • Technorati
  • Wikio FR
  • RSS
  • PDF
  • Print

Discussion

Les commentaires sont clos pour cet article.

Les commentaires sont clos.


Parse error: syntax error, unexpected T_DNUMBER, expecting ')' in /mnt/130/sdb/f/1/amotoblog/bbclone/var/access.php on line 2400